141114 • En appartement • Norberto Lobo (Pt) + Filipe Felizardo (Pt)

La chaise_14112014_12_Norberto LoboNorberto Lobo

La chaise_14112014_18_Filipe Felizardo

Filipe Felizardo

TFR022_big TFR026_big

 – Norberto Lobo (pt)     

 norbertolobo01

Norberto Lobo est un guitariste qui vit à Lisbonne, au Portugal. 

Il a publié quatre albums solo sur des labels portugais entre 2007 et 2012, et son nouvel album ‘Fornalha‘ a été publié ce 4 novembre par le label suisse Three:four Records.

Une continuité narrative est signifiée dans la musicalité de ces quatre premiers disques acoustiques, de ‘Mudar de Bina‘ (2007, Bor Land) à ‘Mel Azul‘ (2012, Mbari Music) en passant par les très riches compositions de ‘Pata Lenta‘ (2009, Mbari) et ‘Fala Mansa‘ (2011, Mbari).

Musicien polymorphe inspiré par la samba et bossa-nova des guitaristes brésiliens (Baden Powell, Luiz Bonfá, Paulinho da Viola..) et par la tradition portugaise du fado modernisée par Carlos Paredes, Norberto Lobo réunit des traditions musicales jusqu’alors éloignées (American Primitive, blues, ragtime, samba, fado, jazz, musiques improvisées et expérimentales) ou, du moins, jamais autant réunies et condensées en mélodies par un même musicien: il surprend par son éclectisme libératoire et démontre dans l’intensité de son engagement et la construction précise de ses structures musicales la puissance sensible de son jeu.

Jack Rose et Ben Chasny (Six Organs of Admittance) ont dit de lui qu’il possède la meilleure main gauche de tous les joueurs de guitare droitiers.

Sa seule publication sous son nom en duo, ‘Mogul de Jade‘, avec son comparse de longue date João Lobo (batterie, voix) date d’août 2013 (Mbari). Il y joue de la guitare acoustique 6 et 12 cordes, de la guitare électrique, de la basse et chantonne des airs au lointain.

Norberto Lobo a également pris part aux trio Norman (à partir de 1999 en compagnie de João Lobo et Manuel Mesquita, acteur dans le film ‘Tabu‘ du réalisateur portugais Miguel Gomes) et Tigrala (album éponyme publié chez Mbari Musica en 2010), ainsi qu’au Colectivo Páscoa.

« Fornalha sonne plus comme l’oeuvre d’un programme radio libre et ouvert qu’un récital de guitare. 

Norberto Lobo est un musicien hallucinant, modulant étrangement et sans effort les idées psychédéliques à la guitare. Le disque nous emmène dans une sorte de cortège à la Nouvelle-Orléans, assemblant et abandonnant les sons au gré des virages pris au cours des différents morceaux . Les cordes frottées sonnent comme un violoncelle lumineux, une guitare préparée ressemble à un luth en plastique étanche et la voix douce faisant des ouh-ouh rappelle Brian Eno complétement éreinté chantant “1,2, 1-2-3-4” dans l’ensemble de Gavin Bryars.

C’est la façon dont ces matériaux sont peaufinés, par le temps et l’espace, qui rend ce disque si étrange; comment l’espace d’un son ou d’une note acoustique modifie et aide la façon dont nous écoutons et la mémoire de ce que nous avons entendu. A la fin de l’enregistrement, à la suite d’une série de parties balayées par des filtres lumineux, une guitare sèche arrive et joue une ballade lyrique chromatiquement folle et achève ainsi de transformer ce que nous entendons, l’espace où nous l’entendons et ce que nous avons entendu ; le plus léger des fantômes. »
(D’après le guitariste canadien Eric Chenaux)

Mogul de Jade‘, (avec João Lobo, 2013, Mbari)

Mel Azul‘ (2012, Mbari)

Fala Mansa‘ (2011, Mbari)

Pata Lenta‘ (2009, Mbari)

Mudar de Bina‘ (2007, Bor Land)

Video

 – Filipe Felizardo (pt)   

felizardo001 

Filipe Felizardo est né en 1985 et vit à Lisbonne. En plus de dessiner et d’écrire des traités de pataphysique sur la nature de la Vision et de la Lumière, il occupe son temps à jouer de la guitare électrique.

En 2012 il est célébré pour un album solo de guitare électrique remarquable, ‘Guitar Soli for the Moa and the Frog‘, publié sur Clean Feed records – sous label de Shhpuma. 

Emprunt d’un blues fantôme/fantomatique qui n’est pas sans rappeler certaines errances du grand, très grand Loren Connors, avec un sens magistral de l’électricité et de son placement/espacement/étirement.‘ (D’après Cave12)

Son nouvel album ‘Sede e Morte (Guitar variations for the Thirsty and the Dead)‘ est paru récemment sur le label suisse Three:four Records.

Filipe Felizardo y sculpte des sonorités contrastées: autant rêches, éthérées, douces, massives que délicates.

Au-delà du contemplatif ou du cinématographique – ces qualificatifs communément attribués aux musiques instrumentales, avec sa seule guitare, il crée des matières sonores qu’il modèle à des mélodies ponctuées de silences d’importances égales.

Sede e Morte‘ est un album hommage à de grands guitaristes, Filipe Felizardo consacre la face A à trois réinterprétations de compositions de John Fahey, de Peter Green et de José Afonso.

La face B se compose d’un seul titre de plus de 22 minutes sur lequel la guitare électrique de Felizardo dialogue avec le jeu en slide acoustique de Norberto Lobo.

Selon sa propre réflexion, tout ce qu’il sait de la musique il le tient d’un très fragile agglomérat du travail de tous les guitaristes qu’il admire, et d’ajouter: « Les disques sont faits de disques ».

La couverture de son album de variations de guitares sur les assoiffés et les morts est une peinture réalisée par ses soins et inspirée du livre de la Danse des morts (1455-1458) conservé dans l’Université de Heidelberg, en Allemagne, et une quasi-parfaite imitation de la couverture de 1968 du LP ‘Dance of Death & Other Plantation Favorites‘ de John Fahey, tirée du même ouvrage.

Against The Day‘ (Extrait de l’album Guitar Soli for the Moa and the Frog, 2012, Shhpuma)

Filipe Felizardo’s soundcloud

Video

Publicités